Livre Le diable de Çildir

La dent du dragon
Ruy no ha

Ressortissant canadien apparemment sans histoires, Simon Walker est retrouvé mort dans la nuit du 14 au 15 septembre 2019, à quelques pas de l’église Saint-Merry en plein Paris. Meurtre rituélique ou mise en scène macabre, l’assassin a laissé peu d’indices, s’ingéniant à brouiller les pistes.    

 Si l’arme du crime intrigue le commissaire Paul Rosenfeld, il peut compter sur les connaissances et les intuitions de sa légiste, le Dr Esther Rapha, qui mène de son côté une quête plus personnelle que l’enquête va venir bouleverser. Ses cauchemars lui font revivre des scènes d’un autre temps.

 Des liens se tissent entre le passé et le présent. Et le trait d’union en est La Dent du Dragon, un sabre avec sa propre légende.

 Et si tout avait commencé sept siècles plus tôt, en 1324, dans le royaume du Portugal ?

Parution : Novembre 2021

Format : Broché, 328 pages

ISBN : 979-10-92323-48-1

Éditeur : ID France-Loire

Livre Le diable de Çildir

Parution : Novembre 2021

Format : Broché, 328 pages

ISBN : 979-10-92323-48-1

Éditeur : ID France-Loire

La Dent du Dragon
Ryu no ha

Ressortissant canadien apparemment sans histoires, Simon Walker est retrouvé mort dans la nuit du 14 au 15 septembre 2019, à quelques pas de l’église Saint-Merry en plein Paris. Meurtre rituélique ou mise en scène macabre, l’assassin a laissé peu d’indices, s’ingéniant à brouiller les pistes.    

 Si l’arme du crime intrigue le commissaire Paul Rosenfeld, il peut compter sur les connaissances et les intuitions de sa légiste, le Dr Esther Rapha, qui mène de son côté une quête plus personnelle que l’enquête va venir bouleverser. Ses cauchemars lui font revivre des scènes d’un autre temps.

 Des liens se tissent entre le passé et le présent. Et le trait d’union en est La Dent du Dragon, un sabre avec sa propre légende.

 Et si tout avait commencé sept siècles plus tôt, en 1324, dans le royaume du Portugal ?

Personne ne pouvait être insensible à cette femme aussi séduisante que chaleureuse et déterminée en apparence. Mais qui savait lire dans son regard d’un vert intense y aurait découvert une fragilité contenue, une émotivité contrôlée. À trente-cinq ans, le Dr Esther Rapha dissimulait ses blessures secrètes sous un surcroit d’activité. Le travail lui servait de drogue. Et sa vie privée restait une énigme tant pour ses collègues que pour les enquêteurs qu’elle fréquentait au quotidien.

— Tu n’as pas parlé d’un sabre également ? Ne serait-ce pas La Dent du Dragon ?

Le commissaire Rosenfeld écarquilla les yeux. Comment Esther pouvait-elle être aussi catégorique ? Il la savait experte, mais pas à ce point.

— Oui, c’est bien ce nom-là. Tu m’impressionnes.

— Il n’y rien d’impressionnant là-dedans. Forgé à Bizen, ce sabre a sa propre légende. Elle prétend que seul un guerrier au cœur pur peut le maîtriser, en le rendant invincible. Et que toute personne impure ne peut le dégainer. Ce katana aurait été confectionné au 12ème siècle pour un samouraï du clan Taira qui sera assassiné, d’autres prétendent que ce sabre aurait appartenu à Rokudai, mort exécuté.

Personne ne pouvait être insensible à cette femme aussi séduisante que chaleureuse et déterminée en apparence. Mais qui savait lire dans son regard d’un vert intense y aurait découvert une fragilité contenue, une émotivité contrôlée. À trente-cinq ans, le Dr Esther Rapha dissimulait ses blessures secrètes sous un surcroit d’activité. Le travail lui servait de drogue. Et sa vie privée restait une énigme tant pour ses collègues que pour les enquêteurs qu’elle fréquentait au quotidien.

— Tu n’as pas parlé d’un sabre également ? Ne serait-ce pas La Dent du Dragon ?

Le commissaire Rosenfeld écarquilla les yeux. Comment Esther pouvait-elle être aussi catégorique ? Il la savait experte, mais pas à ce point.

— Oui, c’est bien ce nom-là. Tu m’impressionnes.

— Il n’y rien d’impressionnant là-dedans. Forgé à Bizen, ce sabre a sa propre légende. Elle prétend que seul un guerrier au cœur pur peut le maîtriser, en le rendant invincible. Et que toute personne impure ne peut le dégainer. Ce katana aurait été confectionné au 12ème siècle pour un samouraï du clan Taira qui sera assassiné, d’autres prétendent que ce sabre aurait appartenu à Rokudai, mort exécuté.